Quel régime pour revenu foncier ?

Lorsque vous effectuez un placement locatif, votre revenu immobilier est assujetti à un certain impôt parce que vous devez choisir entre une microterre ou une propriété foncière réelle .

Alors, lequel est préférable de choisir ?

A lire aussi : Courtier en travaux de rénovation : comment le trouver ?

L’ analyse.

Quelle taxe sur votre investissement immobilier ?

Il est important de savoir qu’à chaque étape de leur processus, une installation de logements locatifs est imposée. Lesfrais de notaire doivent être payés initialement lors de l’achat de la propriété.

A lire en complément : Comment calculer le coût de construction d'un immeuble ?

Au moment de la location, les loyers reçus seront ajoutés à vos autres revenus immobiliers. La somme de ces revenus est ensuite imposée selon les critères du régime d’impôt progressif sur le revenu. Veuillez noter que le dépôt de garantie est imposable uniquement en espèces.

Après tout, à chaque revente de biens immobiliers, qui est détenu pendant moins de 30 ans, vous paierez impôt sur les gains en capital .

Revenu locatif : quel plan choisir ?

Pour taxer vos loyers recouvrés, vous devez choisir l’un des deux systèmes suivants :

Micro propriété foncière

Ils sont obligatoirement liés à la propriété de microterres si le montant total des revenus locatifs sans frais au cours de l’année est inférieur ou égal à 15 000 euros .

  • Pour faire votre déclaration à Micro-Land, vous devez remplir le formulaire n° 2042 du site impots.gouv.fr.

Ce processus vous évitera de remplir la déclaration de la parcelle n° 2044, ce qui est plus incriminant administrativement.

Toutefois, gardez à l’esprit que l’allocation forfaitaire pour les honoraires est de 30 % sans que tout autre élément ne soit déductible.

Dans tous les cas, votre revenu net imposable doit correspondre à 70 % de vos loyers concernés (par exemple, 9.100€ pour 13 000€ revenus bruts déclarés).

L’ inconvénient de la propriété des microterres est qu’elle ne s’applique pas à tous les types de location. Certains dispositifs de déduction qui bénéficient du mécanisme de récupération (p. ex.

Le vrai régime

Dans le régime actuel, vous définissez le montant de votre revenu imposable net. De cette somme, vous pouvez déduire les loyers accumulés et les dépenses réelles liées au logement. Après cela, vous pouvez conclure :

  • Entretien, amélioration ou réparation du bien
  • Coût des condominiums
  • taxe foncière
  • Frais d’intendance…

Notez que si vous choisissez le régime alimentaire réel, vous ne serez pas en mesure de le changer pendant au moins 3 ans . Une fois ce délai écoulé, vous pouvez effectuer vos changements au moyen du formulaire de déclaration de revenus fonciers #2044.

Si vous avez sélectionné votre plan , il est automatiquement affecté à tous les revenus locatifs de la timonerie.

Quel régime choisissez-vous pour un déficit foncier ?

Le régime réel est plus pertinent pour l’utilisation du mécanisme de déficit foncier dans un bail.

En fait, la microterre n’est intéressante qu’à des coûts de logement inférieurs à 30% du montant du loyer brut sans frais. Le fait est que cette situation reste rare, car les frais sont élevés, encore plus dans la copropriété.

Le plan réel (qui vous permet de déduire certaines dépenses de votre revenu de location de leur montant réel) vous facilitera l’obtention d’un solde négatif. Cela signifie que vos charges sont plus élevées que vos revenus, ce qui est causé par le déficit foncier . Elle peut être déduite de votre revenu total dans une limite annuelle de 10 700€. Les excédents peuvent être réutilisés pour les 10 prochaines années afin de réduire la part de votre revenu foncier futur.

Articles Similaires

Show Buttons
Hide Buttons