Des monte-escaliers écologiques pour un environnement plus sain

Permettant de faciliter l’accès aux étages et d’améliorer leur qualité de vie, les monte-escaliers sont devenus des équipements incontournables pour les personnes à mobilité réduite et les personnes âgées en perte d’autonomie. Cependant, ces dispositifs ont quelques externalités négatives, notamment en ce qui concerne leur impact écologique. Face à ce constat, de nouvelles solutions plus respectueuses de l’environnement voient le jour, en particulier en matière de monte-escaliers extérieurs.

L’empreinte écologique des monte-escaliers

Les monte-escaliers sont des dispositifs qui permettent de transporter une personne d’un étage à un autre en suivant la pente d’un escalier : ils se composent généralement d’un rail, fixé sur les marches ou sur le mur, ainsi que d’un fauteuil sur lequel la personne s’assied pour être transportée. Bien qu’ils soient pratiques et offrent un certain confort, ces dispositifs ont un coût énergétique non négligeable :

A lire également : Troisième pilier : comment ça marche ?

  • D’une part, leur fabrication nécessite souvent l’utilisation de matériaux et de procédés industriels polluants, ce qui n’est pas sans conséquence pour l’environnement ;
  • D’autre part, la motorisation du système est assurée par un moteur électrique, alimenté par le secteur ou une batterie rechargeable, qui consomme nécessairement de l’énergie, parfois en quantité.

Les monte-escaliers extérieurs semblent cristalliser les enjeux. Spécialement conçus pour résister aux intempéries et rester solides dans le temps, les matériaux desquels ils sont faits doivent être particulièrement robustes et adaptés à l’extérieur. Leur fabrication est donc habituellement plus polluante que pour les modèles intérieurs et, plus lourds que leurs homologues, ils nécessitent plus d’énergie pour fonctionner. Conscients de ces enjeux environnementaux, certains fabricants proposent désormais des monte-escaliers plus respectueux de l’environnement au travers de solutions adaptées pour l’intérieur autant que pour l’extérieur.

Des solutions écologiques pour les monte-escaliers

Des matériaux recyclés et durables

Pour limiter l’impact environnemental lié à la fabrication des monte-escaliers, certaines entreprises optent pour des matériaux recyclés ou issus de sources renouvelables. Le rail peut par exemple être fabriqué à partir d’aluminium recyclé, qui est un matériau léger, résistant et facilement recyclable, tandis que le revêtement du fauteuil peut quant à lui être réalisé en tissu écologique, fabriqué à partir de fibres naturelles ou recyclées. L’avantage de ces matériaux, c’est qu’ils sont suffisamment robustes pour être également utilisés sur des modèles de monte-escalier extérieur.

A lire aussi : Maison de vacances à Genève : rénovez les menuiseries

Une motorisation moins énergivore

Comme évoqué plus haut, les monte-escaliers fonctionnent grâce à des moteurs électriques. Afin de réduire leur consommation d’énergie, certaines entreprises développent des systèmes de motorisation plus performants et moins énergivores : par exemple, l’utilisation d’un moteur à courant continu permet de diminuer la consommation d’électricité, tout en offrant une meilleure autonomie. Les monte-escaliers extérieurs offrent par ailleurs une autre possibilité : certains fabricants proposent des modèles équipés de panneaux solaires qui permettent de recharger la batterie pendant la journée.

Des dispositifs de régulation et de récupération d’énergie

Pour optimiser la consommation énergétique des monte-escaliers, il est également possible de mettre en place des systèmes de régulation et de récupération de l’énergie. Par exemple, un variateur de vitesse peut être installé pour adapter la vitesse de déplacement du fauteuil en fonction des besoins de l’utilisateur. De plus, lors de la descente, le moteur peut être utilisé comme générateur pour produire de l’électricité, qui sera ensuite réinjectée dans le réseau ou stockée dans la batterie.

Actualité