Couper les plantes : la bonne méthode expliquée

Les coupes causent généralement des blessures aux plantes. Cependant, en les exécutant convenablement, le jardinier permet aux végétaux taillés de se remettre rapidement et complètement de cette intervention. Mais ce ne sera pas le cas du bulbe muscari. Vous aimeriez couper certaines plantes de votre jardin sans risquer de leur nuire. Voici comment vous devez procéder pour y arriver.

La bonne méthode pour couper une branche près du tronc

La réussite de la taille d’une branche/ramification près du tronc ou de la tige dépend souvent de la méthode appliquée. Celle-ci peut varier en fonction de la zone de coupe ou d’autres paramètres encore. C’est la raison pour laquelle, il est déconseillé de couper à tout hasard les branches d’une plante.

A voir aussi : Comment entretenir la Thuya Emeraude ?

Dans le cas présent, pour que la plante guérisse correctement, l’arête et le collet de la ramification/branche doivent être préservés. Ces deux points représentent la limite que tout bon jardinier doit respecter pour une coupe de branche près du tronc réussie. Les observer vous évitera de couper une partie du tronc par mégarde tout en limitant les risques de pourrissement interne.

Les coupes rases, c’est-à-dire trop près du tronc, sont vivement déconseillées. Il en est de même des coupes trop éloignées qui laissent habituellement en place un chicot. Au-delà de cela, la taille doit être nette et précise et avoir un angle oblique. Ceci, afin que le bourrelet cicatriciel puisse bien se développer autour de la blessure. On rappelle que ces techniques ne peuvent être appliquées sur des perce neige.

A lire en complément : Salon de jardin : quelle table tendance choisir ?

Couper une branche près du tronc : cas d’une grosse ramification

La taille des branches ou ramifications se fait aussi en fonction de leur grosseur. En effet, les branches dotées d’un diamètre supérieur ou égal à 4 cm doivent être traitées différemment. Il est recommandé de les couper en trois étapes pour qu’elles n’emportent pas les tissus du tronc dans leur chute.

Pour réussir une telle coupe, une première incision doit être effectuée sous la ramification à une distance de 30-45 centimètres du collet. Sa profondeur doit être égale au tiers du diamètre de la branche.

Une deuxième coupe doit ensuite être effectuée au-dessus de la branche à environ 5 cm de la première. Il est important qu’elle soit moins proche du tronc que la première. La branche sectionnée tombera dès que les deux incisions se rejoindront.

Enfin, terminez l’opération en supprimant le chicot. Et n’oubliez surtout pas de respecter l’angle de coupe recommandé plus haut.

Raccourcir une branche ou un rameau : les bons réflexes

Lors du raccourcissement d’une branche ou d’un rameau, le jardinier doit réaliser une coupe directionnelle. Autrement dit, il doit couper la branche ou le rameau de manière à l’orienter dans la direction la plus favorable à son développement.

Cette taille est généralement effectuée à un angle de 30 degrés environ, quelques millimètres au-dessus d’un bourgeon latéral. Mais attention ! Le raccourcissement devra être exécuté à l’aisselle d’une branche. Et ce faisant, vous devrez prendre soin de ne pas endommager l’arête.

Si cette coupe est effectuée à l’aisselle d’une branche, c’est pour tirer profit du rôle d’appel de sève que joue le bourgeron ou la ramification. De cette manière, la sève est redirigée, l’apparition de gourmands fortement limitée et la cicatrisation accélérée. Pour que l’appel de sève ne se dessèche pas, il doit avoir tout au moins le tiers du diamètre de l’axe à tailler.

 

Jardin