Les prix de l’immobilier en Belgique

Vous désirez acheter un bien immobilier en Belgique ? Découvrez le prix d’une propriété en Belgique ainsi que les frais attenants à l’achat.

Le marché immobilier belge et les prix de l’immobilier

Le marché immobilier belge est actuellement performant, les prix ayant augmenté de 6,27 % au premier trimestre 2021. Des variations régionales ont été observées en matière de croissance et de prix des logements :

Lire également : Les avantages à consulter un blog déco quand on veut aménager son intérieur

  • La Région de Bruxelles-Capitale a vu les prix des maisons augmenter de 5,46 % pour atteindre une moyenne de 430 000 € ;
  • A lire également : Comment cacher la télévision ?

  • La Flandre a vu les prix augmenter de 2,32 % pour atteindre une moyenne de 265 000 € ;
  • Les prix de l’immobilier en Wallonie ont augmenté de 6,06 % pour atteindre une moyenne de 175 000 €.
  • Selon Statbel, la commune la plus chère est Ixelles (à Bruxelles) avec un prix moyen des maisons de 690 387 € (en 2017). La moins chère est Viroinval (en Wallonie) avec un prix moyen de 94 583 €.

En ce qui concerne les types de propriétés, les coûts moyens à travers la Belgique en 2017 étaient de :

  • 218 704 € pour les maisons individuelles ou jumelées ;
  • 359 945 € pour les villas, bungalows et maisons de campagne ;
  • 226 820 euros pour les appartements.
  • Le prix moyen de la propriété par mètre carré en Belgique est de 3 171 €, ce qui la classe au 23e rang sur 38 pays européens.

Coûts d’achat d’une maison en Belgique

  • Taxe d’enregistrement (propriétés de plus de 2 ans) – payable par l’acheteur, elle varie selon les régions. En Flandre, elle est de 6 % pour une maison familiale ; 10 % pour les autres propriétés. Il existe une exonération sur les premiers 80 000 € pour les achats inférieurs à un certain montant. À Bruxelles et en Wallonie, le taux est de 10%. Pour Bruxelles, il existe une exonération (abattement) sur les premiers 175 000 € lors de l’achat d’une maison ou d’un appartement. En Wallonie, il existe une exonération sur les premiers 20 000 € et le taux est de 6 % pour l’achat de biens plus petits.
  • TVA (propriétés de moins de 2 ans) – une taxe de 21% est prélevée à la place des droits d’enregistrement.
  • Frais de notaire – entre 0,2 % et 4 %, mais en moyenne autour de 1,6 %, en fonction de la valeur d’achat.
  • Frais d’évaluation – cela coûte environ 200 € plus la TVA.
  • Frais d’hypothèque – si vous contractez un prêt hypothécaire en Belgique, vous devrez payer des frais administratifs ainsi que des intérêts.
  • Assurance – vous devrez peut-être souscrire une assurance, surtout si vous demandez un prêt hypothécaire. Une assurance pour le contenu est également disponible.
  • Frais d’agence immobilière – la majeure partie des frais est généralement payée par le vendeur et représente environ 3 à 5 % du coût de la propriété. Si vous faites appel à un agent pour trouver une propriété, attendez-vous à payer entre 200 et 1 000 €.

Pourquoi contacter une agence immobilière pour acheter un bien à Namur ?

Grâce à cet article, vous connaissez désormais l’état du marché de l’immobilier en Belgique. Comme vous avez pu le constater, avec le dynamisme économique suivant la phase de Covid-19, le coût moyen a augmenté dans toutes les régions, que ce soit à Bruxelles, en Flandre ou en Wallonie. A ce titre, si vous désirez acquérir un bien dans la capitale administrative de cette région, nous vous conseillons de vous rapprocher d’une agence immobilière à Namur.

Le recours à ce type de prestataire présente plusieurs avantages. Effectivement, un professionnel a la capacité de suivre le cours du marché du logement par région, commune ou quartier. Il connaitra donc mieux que quiconque le coût moyen au mètre carré selon la zone choisie. Vous n’avez donc pas besoin de réaliser une étude de marché comparative avec les autres biens vendus pour connaître ce prix. Ensuite, il pourra vous recenser un large choix d’offres de biens qu’il a déjà visité, et dont il connait toutes les spécificités. Cela vous permettra d’une part, de gagner du temps dans votre recherche, et d’autre part, de vous prémunir contre les vices cachés.

Les zones les plus chères et les moins chères pour l’achat immobilier en Belgique

Si vous êtes à la recherche d’un bien immobilier en Belgique, il peut être intéressant de connaître les zones les plus chères et les moins chères du pays. En effet, le coût moyen au mètre carré varie considérablement selon la région où vous voulez acheter votre logement.

Dans la région bruxelloise, par exemple, on observe des prix particulièrement élevés avec une moyenne de 4 000 €/m² pour un appartement neuf et jusqu’à 6 000 €/m² pour un bien prestigieux. La situation est similaire dans certaines villes flamandes comme Anvers ou Gand où le coût moyen s’élève respectivement à environ 3 500€/m² et près de 3 200 €/m². Les villes universitaires telles que Louvain-la-Neuve ou Leuven sont aussi réputées pour leurs prix élevés.

Au contraire, en Wallonie, notamment dans la province du Hainaut ou dans certaines zones rurales comme l’Ardenne belge, on peut observer des valeurs plus basses avec une moyenne comprise entre 1 500 €/m² (Charleroi) et autour de 700 €/m² (Houyet).

Même ces chiffres doivent être pris avec prudence car chaque commune possède ses propres spécificités qui influencent directement son marché locatif : présence d’écoles internationales attractives pour les expatriés pouvant engendrer une hausse locale des loyers ; politique publique active visant à attirer les investisseurs immobiliers, etc.

Il est donc primordial de bien se renseigner sur les particularités du marché immobilier dans la zone géographique qui vous intéresse et d’être accompagné par un professionnel pour dénicher les offres immobilières adéquates à votre budget, adaptées à vos besoins, et ainsi réaliser une transaction en toute sérénité.

Les facteurs qui influencent les prix de l’immobilier en Belgique : situation géographique, état du marché, taux d’intérêt, etc

Au-delà de la localisation géographique, plusieurs facteurs ont une influence directe sur le prix de l’immobilier en Belgique.

L’état du marché immobilier à un moment donné peut jouer un rôle important. En effet, si le nombre de biens immobiliers mis en vente est supérieur à la demande, les prix peuvent baisser dans certaines zones. À l’inverse, lorsque la demande est supérieure aux offres disponibles sur le marché immobilier belge, les prix augmentent.

Il y a aussi des facteurs économiques tels que les taux d’intérêt pratiqués par les banques. Si ces derniers sont bas et attractifs pour emprunter de l’argent auprès des institutions financières pour acheter sa maison ou son appartement en Belgique ou investir dans un bien locatif rentable, cela peut entraîner une augmentation de la demande et donc des prix. C’est pourquoi on observe souvent une hausse simultanée du nombre d’emprunts immobiliers et celle du coût moyen au mètre carré.

Le niveau général des salaires constitue également un élément clé qui détermine le pouvoir d’achat ainsi que la capacité financière des acheteurs potentiels : plus ceux-ci sont élevés (et stables), plus ils auront tendance à favoriser une hausse globale mais progressive (en fonction aussi du contexte politique) des tarifs pratiqués dans toutes les régions.

D’autres facteurs comme l’évolution démographique peuvent aussi influencer considérablement le secteur immobilier belge. Par exemple, si certains quartiers connaissent une augmentation soudaine de leur population (en raison d’une migration massive ou d’un boom démographique), cela peut entraîner une hausse des prix, car la demande pour les logements disponibles sera alors plus forte.

Si vous souhaitez investir dans l’immobilier belge • que ce soit pour acheter votre résidence principale, un bien locatif rentable ou tout simplement diversifier votre portefeuille financier -, il faut prendre en compte tous ces facteurs et travailler avec un professionnel qui saura vous guider dans vos choix.

Décoration